Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» cynops orientalis
Mer 18 Mar - 16:28 par fontaine

» Cynops Orientalis
Mar 10 Fév - 15:31 par Raklet

» presentation
Mar 23 Déc - 19:31 par frederic loli

» Presentation
Mer 14 Mai - 5:07 par orele71

» Takara !!!
Dim 11 Mai - 9:48 par orele71

» Tortue Geochelone Pardalise
Dim 11 Mai - 7:32 par orele71

» Reglementations
Mar 7 Mai - 16:32 par nosica

» Teufeurdu21
Sam 6 Oct - 8:18 par teufeurdu21

» Presentation du serpent en video !!!
Dim 27 Nov - 13:30 par kyl21

Juillet 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Calendrier Calendrier


Le python en general !!!!!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le python en general !!!!!

Message  kyl21 le Mer 5 Oct - 14:49


Presentation:

Classification :

Le Python regius fait partis de la famille des Pythonidés. On le retrouve sous plusieurs noms communs tels que Python royal ou Python boule car il peut se lover pendant des heures lorsqu'il se sent stéssé, et ressemble ainsi à une "boule".

Réglementation :

Cette espèce est soumise à la CITES en annexe 2


Données morphologiques :

Le Python regius est de petite taille, de 1,20 jusqu'a 1,50 de moyenne. Leur corp est massif malgré leur petite taille. La tête est cependant bien distincte du corps.

Le Python regius à le ventre blanc, blanc crême, son corps est tachetés de marron plus ou moins foncé. On trouve également plusieurs formes comme albinos, piedball, calico, spider, snow .....



Répartition :

Cett espèce est originaire de l'Afrique de l'ouest. Notament Senegal, Guinée, Sierra Leone, Liberia, Côte d'Ivoire, Ghana, Togo, Niger, Cameroun...



Longévité et mode de vie :

On estime sa longévité entre 15 et 20 ans.

Il est terrestre et semi-arboricole. C'est une espèce nocturne bien qu'en terrarium certains spécimens vivient beaucoup la journée.

------------------------------------------------------------

L'elevage:

Choix de l'animal :

Comme pour tout serpents, le spécimen devra :

- Il doit paraître gras, sans pli sur les flancs..
- Il ne doit donner une sensation de tonus musculaire lors de la prise en main.
- Il doit être exempt de mucus au niveau de la gueule et des narines.
- Il ne doit pas avoir de rougeurs au niveau des gencives.
- Il ne doit pas avoir de plaies.
- Il doit avoir des yeux parfaitement noirs sans opacité.
- Il doit être exempt de parasites.
- Il ne doit pas avoir de tâches anormales ou d’ulcérations au niveau de la face ventrale qui doit être parfaitement blanche et non rosée.

Dans le commerce on trouve encore des Python regius prélevés. Ces animaux sont généralement très parasités, tant interne qu'externe. Si votre choix se porte sur un animal né en ferme d'élevage, il sera nécessaire de bien le déparasiter des "acariens", puis de procéder à un vermifuge adapté. En général, les animaux prélevés sont bien plus stréssés que ceux nés en captivité, ils n'en sont pas pour autant plus agressifs, mais la difficulté de maintien sera réelle.

Si votre choix se porte sur un animal né en captivité, il sera plus ou moins "sain", c'est à dire normalement sans parasites externes et intestinaux. Ces animaux seront moins stréssé et seront moins pénibles pour la nourriture.



Comportements sociaux :

Le Pyon regius est un serpent tres calme. Mais cette espèce reste sujette au stress. Les fréquentes manipulations sont à éviter.

Terrarium :

Au vu de la taille de cette espèce, un grand terrarium ne sera pas nécessaire.

Un terrarium d'au moins 90 de long et 50 de large et de haut suffira pour un adulte. Cette taille doit être multipliée par 1.5 pour un couple. La taille du terrarium sera adpatée à la taille de l'animal, un juvénil nécessitera un terrarium plus petit.

L'éclairage sera réalisé avec un simple néon pas trop "fort". L'éclairage sera minuté de façon à proposer une période jour et une période nuit.

Il est necessaire de proposer des températures différentes dans le térrarium, on appelle ça le gradient thermique. Ainsi, il faut proposer un point froid à 25/26°C et à l'opposé un point chaud au alentour de 32/35°C pour la journée. La nuit, la température sera abaissé pour obtenir 22 à 26°C. Le chauffage sera régulé à l'aide d'un thermostat. L'ygrométrie est de 60 à 70%.

Il faut également proposer une cachette par individu, ainsi qu'une ou 2 branches pour lui permettre de grimper.


Alimentation :

La taille des proies sera adaptée à la taille de l'animal. Souris, rats, gerbilles etc... constituent son menu. Le Python regius est constricteur.

Il est préférable de donner des proies mortes à son serpent, celà vous permettra de ne pas faire de macabre découverte. Les rongeurs piégés dans un terrarium avec un prédateur, se retourne contre lui.

Cett espèces est sujette à l'anorexie. Il arrive fréquement qu'il "loupe" plusieurs repas, sans paraître malade. En général, l'anorexie est du au stress. Cette anorexie est pluq fréquente avec les spécimens prélevés. Cependant, lorsqu'il se nourrit bien, le Python regius peut devenir un peu "gras" si il est nourrit trop fréquement. Un repas tous les 15 jours pour un adulte est largement suffisant.

Les juvéniles seront nourris plus fréquement, un repas tous les 5 jours pour la première année, puis toute les semaine pour la seconde année.

---------------------------------------------

La reproduction:

Les sujets choisis pour la reproduction doivent être en bonne santé, bien adaptés à la vie en terrarium et avoir

mangé régulièrement pendant le printemps et l'été précédant l'accouplement, vivre dans des terrariums séparés.

Les mâles doivent mesurer au moins 75 cm pour 650g à un âge d'environ 16-18 mois.

Les femelles peuvent se reproduire lorsqu'elles mesurent environ 90 cm, pèsent plus de 1kg et ont un âge

variant de 27 à 31 mois.

Certains éleveurs américains conseillent d'utiliser un mâle plus adulte, d'un poids supérieur a 1kg et un âge

de 3 ou 4 ans, compte tenu, entre autres, de la longévité que les Pythons royaux atteignent en captivité.

Il ne faut pas faire reproduire les femelles pendant leur deuxième année, car bien qu'étant en général fertiles,

elles produisent un nombre très limité d'oeufs (4 maximum) d'où sortent des petits qui ne sont pas caractérisés

par une vitalité particulière et qui parfois sont même porteurs de tares génétiques.



L'accouplement

En captivité, les Pythons royaux adultes cessent de s'alimenter entre la fin septembre et la fin novembre.

Pour favoriser ce phénomène, lorsque vous remarquez que les serpents s'intéressent moins aux proies,

baissez progressivement la température en l'amenant au maximum à 27°C le jour et 22-23°C la nuit.

Augmentez l'humidité du terrarium en pulvérisant de l'eau tiède de temps en temps ou en utilisant un humidificateur

à ultrasons placé à l'extérieur du terrarium. Jusqu'à la fin novembre, ne présentez plus de mammifères aux futurs

parents qui resteront tranquilles dans le terrarium peu éclairé (il faudra réduire le nombre d'heures de lumière

et l'intensité lumineuse avec des tubes de néon moins puissants). Après les fêtes de fin d'année, mettez dans le

même terrarium les deux serpents, si possible immédiatement après la mue de la femelle, au moment où la

peau de la future mère sera riche en phéromones qui exciteront le mâle.

L'accouplement pourra avoir lieu dans le terrarium du mâle (bien que certains éleveurs soutiennent la thèse inverse),

les Pythons royaux étant des boïdés assez tranquilles. Quoi qu'il en soit, placez toujours deux tannières

refuges à l'intérieur du terrarium choisi.

Les accouplements doivent commencer tôt, de préférence le soir et la nuit et se poursuivre pendant tout le mois

de janvier et février. Lorsque le mâle tente de s'accoupler, il se place sur le dos de la femelle, rentrant et

sortant rapidement sa langue et massant les écailles de la femelle contre ses ergots, puis il amène sa portion

corporelle caudale sous la femelle. Pendant la copulation, qui peut durer quelques minutes ou plusieurs heures,

le mâle utilise un seul hémipénis et les deux reptiles restent immobiles. Les deux pythons se détacheront et

s'accoupleront à nouveau, sur une durée de 5 à 8 semaines.

A partir de la fin janvier et avant la mi-février, vous pourrez commencer à augmenter la température à l'intérieur

du terrarium pour la ramener à des valeurs normales et séparer le couple vers la fin février. A partir de ce

moment-là, il faudra manipuler le moins possible la femelle et ne jamais la transporter.

Pendant la première semaine du mois de mars, présentez au mâle et à la femelle, dans leur terrarium respectif,

un mammifère éventuellement décongelé et réchauffé qui sera peut-être refusé. En quelques jours; le mâle

devrait reprendre son alimentation normale et récupérer rapidement le poids perdu à cause de sa "fatigue" amoureuse.

Il est possible de placer un mâle avec 2 ou 4 femelles appartenant à des propriétaires différents, dans un terrarium

de dimension appropriées pour la reproduction. N'oubliez pas que la provenance des reptiles doit être certaine et

que des garanties sanitaires doivent être données, pour éviter la diffusion de pathologies infectieuses telles que

la très dangereuse IBVD ou des maladies parasitaires.


La ponte

A partir du sixième jour jusqu'au trentième après le dernier accouplement, l'ovulation de la femelle se manifeste

par une augmentation brutale et évidente du volume du corps sur la moitié arrière. Cet événement, qui dure

une journée environ, est caractérisé par des contractions dans les régions postérieures du corps, destinées à favoriser

le déplacement des oeufs, encore dépourvus de coquille, dans les oviductes de la future mère.

Au bout de 20 jours environ (à peu près à la mi-avril) la femelle présente ce que l'on appelle "la mue de ponte".

Toutefois, la ponte proprement dite a lieu au bout de 24-35 jours (généralement au mois de mai, mais de toute

façon, toujours avant fin juin). Entre la première semaine de mars et la "mue de ponte" de la mi-avril,

présentez une proie à la femelle tous les 10-12 jours. Pendant cette période, il arrive fréquement que le reptile

recommence à s'alimenter, mais ce n'est pas toujours le cas. S'il ne mange pas, ne vous en préocupez pas et,

de temps en temps, pesez délicatement la femelle pour contrôler les variations que vous communiquerez au vétérinaire.

A partir de la "mue de ponte", ne présentez plus d'aliments à la femelle don't le volume corporel augmente dans sa

partie postérieure (surtout sur le dernier tiers). La femelle du Python regius pond généralement les oeufs la nuit.

Le matin, vous la trouverez enroulée autour de ses oeufs qui sont assez gros et qui constituent environ

40-50% (17-65%) du poids corporel de la mère.

La couvée comporte un nombre variable (de 1 à 11) d'oeufs blanchâtres recouverts d'une coquille parcheminée,

qui n'est pas complètement imperméable. Les oeufs peuvent être collés entre eux, chacun mesure environ 8 cm

de long en moyenne (de 7.1 à 9.6), 5 cm de large (de 4.5 à 5.5) et ils pèsent environ 85g (69 à 103).


Certains spécialistes conseillent de laisser couver les oeufs par la femelle. En effet, celle-ci, grâce à des contractions

musculaires, généralement moins visibles que celles produites par les pythons de taille plus importante,

réussit à maintenir les oeufs à une température plus élevée de 5 ou 6°C que le milieu ambiant.

La maman python couve pendant 2 mois environ, s'éloignant rarement de ses oeufs et uniquement le temps

nécessaire pour s'alimenter ou pour se tremper dans la vasque. Immédiatement après l'éclosion, la femelle se

désintéressera complètement de sa progéniture don't elle s'était pourtant très assidûment occupée jusque-là.

Selon certains auteurs, même si on perd l'occasion d'assister à un spectacle naturel extraordinaire, il faudrait enlever

immédiatement les oeufs à la mère, sans les détacher les uns des autres et les placer dans un récipient en

plastique rempli de vermiculite humide et de tourbe et les placer dans un incubateur à 30-32.5°C où ils resteront

pendant 2 mois environ (de 53 à 61 jours).


Le contrôle des oeufs

Quelques jours après la ponte, l'éleveur pourra très délicatement "mirer" les oeufs pour vérifier s'ils sont fertiles.

Les oeufs, éventuellement toujours collés les uns aux autres, seront éclairés par le bas, dans une pièce sombre,

par une petite source lumineuse (une torche électrique par exemple). Si l'oeuf a une coloration rose et contient des

stries plus foncées (ce sont des vaisseaux sanguins), cela signifie qu'il est fertile. En revanche si, lorsqu'il est

éclairé, il prend une couleur jaunâtre plus ou moins uniforme et sans stries évidentes, cela veut dire qu'il est infertile.

Si l'oeuf est moins lourd qu'il ne l'était au moment de la ponte, il est probable que l'air à l'intérieur de l'incubateur

soit trop sec (humidité inférieure à 60%), alors que s'il pèse beaucoup plus, l'humidité relative de l'air autour des oeufs

est trop élevée (plus de 70%). L'idéal est que le poids des oeufs augmente de 20 à 40%, entre la ponte et l'éclosion,

même si l'on a vu naître des Pythons royaux en pleine forme d'oeufs qui avaient perdu environ 20% de leur

poids par rapport au jour de la ponte.



La naissance des petits


La coquille de l'oeuf devient plus souple environ 2 semaines avant l'éclosion et l'on constate une dépression

plus ou moins évidente sur la partie supérieure des oeufs. Au moment de la naissance, le petit boïdé troue

en plusieurs endroits la coquille avec ce que l'on appelle "la dent de l'oeuf". Il reste ainsi, la tête en dehors de l'oeuf,

pendant une durée de 24 à 36 heures, pour permettre la réabsorption totale du sac vitellin résiduel.

La naissance d'un nombre de petits équivalent à 50% du nombre d'oeufs pondus représente déjà un excellent

résultat pour un éleveur néophyte. A ce moment-là, tous les pythons doivent être placés dans un petit terrarium

correctement chauffé (avec une plaque ou un tapis électrique chauffant depuis l'extérieur et partiellement isolé),

contenant une gamelle d'eau et une petite tannière refuge (par exemple une boîte en carton ouverte sur un côté ou un

cylindre de carton de rouleau papier absorbant). Bien que les Pythons royaux soient dociles, s'ils restent ensemble,

ils risquent, au moment du repas, de se mordre voire de se manger entre eux. Le bébé Python royal fat sa

mue de 3 à 8 jours après l'éclosion et à partir de ce moment là il pourra manger une souris rose (si possible un

nouveau né avec une tache blanche abdominale) par semaine. Les boïdés nouveau nés doivent être manipulés avec

douceur mais jamais dans les 24-36 heures suivant le repas, pour éviter régurgitations ou vomissements.
avatar
kyl21
Admin

Messages : 84
Date d'inscription : 03/10/2011
Age : 30
Localisation : Cote d'or, Dijon

http://reptily-city.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum